Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.
Avatar de l’utilisateur
NeeXxoR
Messages : 252
Enregistré le : sam. 21 mai 2016 20:50
Piano : Essenfelder
Pratique depuis : Décembre 2015
Professeur : Non
Localisation : Paris
Contact :

Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar NeeXxoR » lun. 21 août 2017 01:11

Bonsoir,

depuis que j'ai commencé le piano je me concentre sur un compositeur en particulier, Frédéric Chopin

au début je n'aimais que ses Nocturnes et ses valses mais je me suis rapidement intéressé à toutes ses œuvres
en mars dernier je suis parti à Varsovie (Pologne) et j'ai visité le musée de Chopin

Ce sujet va être assez long, j'ai fais beaucoup de recherches

déjà j'aimerais vous partager mes œuvres préférés ci-dessous

Spoiler (cliquer pour afficher)
Valses :





Preludes





Polonaises :





Concertos :



Etudes :





Nocturnes :





Mazurkas :





Scherzos :



Ballades :





Impromptus :





Peu connu les 17 Chants Polonais (écoutez les en entiers quand vous aurez le temps) :



Sonates :

(Sonate No 3 en si mineur, mouvement IV)



Ensuite Il y a beaucoup d'autres œuvres qui ne sont pas connues, n'ont pas de numéro d'Opus, ou qui sont posthumes

- Largo B.109
https://www.youtube.com/watch?v=ZuayOEDAKKc

- Contredanse BI. 17
https://www.youtube.com/watch?v=i1ARGjsIMvA

- "Variations Là ci darem la mano", Op 2
https://www.youtube.com/watch?v=AnjXebgNGTI

Spoiler (cliquer pour afficher)
L'autre jour, Eusebius entra tout doucement dans la chambre. Tu connais le sourire ironique de ce pâle visage, avec lequel il cherche à vous intriguer. J'étais au piano avec Florestan qui est, comme tu le sais, un des rares musiciens qui semblent pressentir tout ce qui est inouï, nouveau, extraordinaire dans la musique. Mais ce jour-là, une surprise l'attendait. « Chapeau bas, messieurs, un génie », dit Eusebius, en nous montrant un morceau de musique sans nous permettre d'en lire le titre. Je feuilletais pensivement le cahier : cette sorte de jouissance muette de la musique a quelque chose de magique. D'ailleurs, je crois que chaque compositeur met dans la disposition des notes des traits biens personnels et qui parlent aux yeux : sur le papier, Beethoven apparaît autre que Mozart, un peu comme la prose de Jean Paul diffère de celle de Goethe. Mais ici, il me semblait que des yeux me regardaient d'une façon bien singulière : des yeux de fleur, des yeux de basilic, des yeux de paon, des yeux de jeune fille. À divers endroits, cela devenait plus clair : je croyais apercevoir le Là ci darem la mano de Mozart au travers de cent accords entrelacés. Leporello semblait réellement me faire des clins d'œil, et Don Juan fuyait devant moi dans son manteau blanc.

« Joue-le maintenant ! » dit Florestan. Eusebius consentit ; serrés dans un coin de la fenêtre, nous écoutâmes. Eusebius joua comme inspiré et fit défiler devant nous d'innombrables personnages colorés ; il semble que l'enthousiasme du moment élève les doigts au-dessus de la mesure habituelle de leurs facultés. Toute l'approbation de Florestan consista, en plus d'un sourire de bonheur, en ces seules paroles : « Ces variations pourraient bien être d'un Beethoven ou d'un Schubert, s'ils avaient été des virtuoses du piano. » Mais lorsqu'il alla tourner la page du titre, il ne lut que ceci : Là ci darem la mano, varié pour le piano-forte avec accompagnement d'orchestre par Frédéric Chopin, opus 2. Sur quoi nous nous écriâmes tous deux stupéfaits : « un opus 2 ! » Nos visages s'enflammèrent d'un étonnement extraordinaire, et dans nos discours confus, hors quelques simples exclamations, on ne put distinguer que ces mots : « Oui, voilà quelque chose de parfait… Chopin… je n'ai pas entendu prononcer ce nom… Qui ce peut-il bien être?… en tout cas… un génie ! N'est-ce pas Zerline qui sourit là-bas, ou peut-être même Leporello ?… » […]

À minuit je trouvai Florestan dans ma chambre, couché sur le sofa et les yeux clos. » Ces variations de Chopin, commença Florestan comme perdu dans un rêve, me trottent encore dans la tête… À coup sûr, l'ensemble est dramatique et porte bien la marque de Chopin ; l'introduction, si achevée qu'elle soit - te rappelles-tu les sauts de tierces de Leporello ? - est sans doute ce qui se marie le moins bien à l'ensemble ; mais le thème (pourquoi diable l'a-t-il écrit en si bémol ?), mais les variations, le finale et l’adagio, c'est quelque chose !… Ici le génie éclate à chaque mesure.

« […] La première variation pourrait sans doute être qualifiée de « distinguée » et de « coquette »… Le Grand d'Espagne y badine fort agréablement avec la paysanne. Quant à la seconde, qui est déjà bien plus confiante, comique, querelleuse, c'est exactement comme lorsque deux amoureux s'attrapent et rient plus fort que de coutume. Mais comme tout change dans la troisième ! Un vrai clair de lune, une féerie ; Masetto est dans le lointain et maugrée assez perceptiblement, mais Don Juan n'en est guère troublé.

« Et la quatrième, à présent, qu'en dis-tu ? Eusebius l'a jouée avec une pureté… Ne bondit-elle pas, hardie, audacieuse, n'est-elle pas saisissante, même si l’adagio (il me semble ici naturel que Chopin répète ici la première partie) est en si bémol mineur — ce qui ne peut pas mieux concorder avec la situation : on dirait que Don Juan reçoit un avertissement du ciel… et puis c'est certainement un effet malin et joli que ce Leporello qui guette, rit et raille derrière les buissons, et ces hautbois et clarinette qui semblent piper et sourdre magiquement de partout, et le ton de si bémol majeur, enfin, qui s'épanouit et indique si bien le premier baiser de l'amour. Mais tout cela n'est rien à côté de la dernière variation… C'est le finale de Mozart tout entier… des bouchons de champagne qui sautent avec bruit, des bouteilles qui tintent, les voix de Leporello au travers, puis les spectres saisissant, poursuivant Don Juan qui s'échappe… et enfin la conclusion, magnifique apaisement et achèvement véritable de l'œuvre.

Chopin lira plus tard l’article de Schumann plus développé écrit pour La Revue musicale de Paris et le trouva « complètement stupide » :

« Il prétend que dans la deuxième variation, Don Juan court avec Leporello ; que, dans la troisième, il embrasse Zerlina, tandis que Masetto se met en colère (la main gauche). Quant à la cinquième mesure de l'Adagio il imagine Don Juan donnant un baiser à Zerline sur le ré bémol ! Plater se demandait hier quelle partie de son anatomie pouvait évoquer le ré bémol, etc. ! On ne peut que s'étonner de l'imagination de cet Allemand. »


-Galop en là bémol majeur :
https://www.youtube.com/watch?v=7yX2gJsDQz4

-Moderato en mi majeur
https://www.youtube.com/watch?v=fFFEaFBZL_M

-Andante Spianato et Grande Polonaise Brillante
https://www.youtube.com/watch?v=jPICMjqb2Jg


Bon maintenant je vais passer aux œuvres perdues...

j'ai découvert (il y a un moment) après avoir lu un livre sur Chopin (que j'ai supplié au documentaliste de mon lycée de me le commander :DD) que des valses de Chopin avaient été perdues lors d'un incendie
alors je suis déjà assez triste de ne pas pouvoir connaitre ses valses mais ce qui me brise le cœur c'est que la soeur de Chopin,
Ludwika Jędrzejewicz en a copié la première lignes pour les répertoriés et donc maintenant je suis dans la douleur de ne pas pouvoir connaitre la suite et de m’inventer sans cesse des suites dans ma tête...
Il n'y a aucune inteprerations de qui que ce soit des premières lignes de chaque valses mais les fragments ont été mis en ligne sur Musecore



Spoiler (cliquer pour afficher)
https://musescore.com/user/108894/scores/216781


Maintenant je passe aux autres œuvres,

en cherchant pendant un moment sur internet j'ai trouvé ça :

Mazurka en si bémol mineur (KK. Anh la/8) :



Je ne sais pas encore si c'est réellement de Chopin, mais c'est magnifique !!!! Mais pourquoi n'y a t-il pas de suite !!!! :mur:

Mazurka en ré majeur (KK Anh. la/1) :





Spoiler (cliquer pour afficher)
Cette première danse a été composée lorsque Chopin avait dix ans. Elle est spirituellement liée à la danse paysanne simple. Le quatrième degré soulevé, caractéristique de Mazurkas tardif de Chopin, est déjà présent dans la mesure 13. Chopin semble apprécier naïvement son commandement De se déplacer sur le clavier pour sa propre satisfaction.

Mazurka en si bémol majeur [KK. Ve/4]



Attendez ? mais c'est l'hymne Polonaise version Chopin ? est-ce possible !? peut être car la Mazurek Dąbrowskiego a été composé par Józef Wybicki en 1797 et surtout ! :

Spoiler (cliquer pour afficher)
Il (La Mazurek) avait été choisi comme hymne par le Gouvernement national du royaume de Pologne lors de l'insurrection de 1830-1831 contre le tsar Nicolas 1er. Après l'indépendance de la Pologne le 11 novembre 1918, il fallut attendre près de neuf ans pour que le choix de l'hymne national se porte sur la Mazurka de Dombrowski.


Chopin aurait apparemment composé cette œuvre en 1835 ce qui coordonne avec le choix fait par le Gouvernement national du royaume de Pologne et Chopin était assez patriote !
Cependant sa me parait un peu suspect, ça semble un peu trop différent de Chopin
PS: après avoir fait d'autres recherches il semblerait que cette mazurka ne soit pas si inconnu que ça..

-Andante dolente en si bémol mineur

Tout ce qu'on a c'est ça :

Image

-Prelude No 27 en Mi bémol



Spoiler (cliquer pour afficher)
"Ce prélude (parfois appelé «Tril du diable») a été reconstruit à partir d'un bref aperçu. On pense qu'il a été conçu comme un prélude pour l'ensemble de 24 préludes, mais Chopin ne l'a jamais utilisé. Il est très rapidement écrit, presque illisible. La main gauche joue des trilles continues tandis que la main droite joue de grands sauts dans les accords. Il a été nommé d'après la sonate pour violon de Tartini qui a le même surnom."


PS : Concernant les oeuves perdues / rares si vous voulez les partitions je peux vous les envoyer
Avatar de l’utilisateur
Quazart
Messages : 408
Enregistré le : ven. 20 janv. 2017 16:33
Piano : Kawaï CA67
Pratique depuis : 1958
Professeur : Plus maintenant
Localisation : Côtes d'Armor et région parisienne

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar Quazart » lun. 21 août 2017 23:21

Bonsoir NeeXxor,

Belle recherche !

Excuse moi de te reprendre, mais j'ai tout de même quelques remarques...

Les variations op2 sur "La ci darem la mano" et l'Andante spianato et grande polonaise brillante op22 ne sont pas précisément des œuvres méconnues !
La critique de Schumann que tu mentionnes se terminait tout de même par : "Chapeau bas Messieurs, un génie !"... ces variations figurent au répertoire de pas mal de virtuoses.
L'op22 lui est un grand classique, souvent joué tant en version piano solo qu'avec accompagnement d'orchestre !

Quant aux autres œuvres, même si certaines sont connues, voire rabâchées jusque la nausée pour ce qui me concerne, Chopin n'a pas souhaité leur publication, sauf erreur de ma part, et à l'écoute, on comprend pourquoi...
C'est intéressant à connaître, mais de là à les donner en concert, il y a de la marge !
https://soundcloud.com/user-927034195

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. (Pierre Dac)
Avatar de l’utilisateur
arabesque
Messages : 1879
Enregistré le : sam. 6 avr. 2013 20:36
Piano : Yam. P155, Bech.175
Pratique depuis : 5 années ....Il y a 35 ans! Reprise Avril 2013
Professeur : De temps en temps

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar arabesque » mar. 22 août 2017 08:46

Quelle ferveur Neexor!
Je rentre de Varsovie et Chopin est absolument partout! Des monuments, des bancs musicaux, sur les tablettes de chocolat, sur les tasses, les serviettes et j'en passe! ( pas vu de rouleaux de PQ tout de même!)
Il a aussi donné son nom à l'aéroport.C'est là que j'ai compris que tout se décline en polonais, même les noms propres!
J'ai assisté à de fabuleux concert, dont un dans le parc de Zelazova Wola, avec le jeune Shymon Nehring finaliste du derniers concours Chopin( maison natale de Chopin, pas pu visiter car TV polonaise en place)
Un peu déçue par le musée Chopin à Varsovie. Manque d'explications de base pour ceux qui découvrent, et inversement un peu "gadget" pour les experts. ( étant entre les deux, j'ai tout de même trouvé mon bonheur) Et peu de pièces originales, il y en a davantage à Paris et Nohant.
Animations interactives souvent en panne!
Et j'ai été étonnée du peu d'infos concernant le sejour à Majorque, un pes points essentiels de la vie de Chopin.

Quazart a écrit :Les variations op2 sur "La ci darem la mano" et l'Andante spianato et grande polonaise brillante op22 ne sont pas précisément des œuvres méconnues !

En effet...Il n'y avait que quelques disques de Chopin chez mes parents, et cette "Andante Spianato etc..." en faisais partie je l'ai beaucoup écouté ( c'était avec Geza Anda)

Quazart a écrit :Chopin n'a pas souhaité leur publication, sauf erreur de ma part

E n effet il était très pointilleux , corrigeait beaucoup et ne laissait pas publier n'importe quoi.
Mais on ne peut dire que les pièces de jeunesse ( sauf peut-être celles écrites à 12 ans) soient inférieures à celles de la maturité: cfl les études et les concertos! De celles-là, il était satisfait je pense.
Attention dans les recheches, la musique de Chopin est assez facile à plagier, et plusieurs petits malins ont essayé de faire passer des vessies pour des lanternes. Je ne parle pas de "Mariage d'Amour" alias "Spring Waltz" qui est un "fake " dans toutes sa splendeur
Beaucoup de mélomanes en revanche regrettent la disparition de pas mal d’œuvres de Schumann , piano et musique de chambre écrites du temps de sa folie...C'est Clara qui les a détruites après la mort de Robert, car elle craignait que la "folie" de son mari n'y soit trop apparente.
On peut imaginer que un siècle plus tard, avec l'évolution musicalel, on aurait crié au génie et pas à la folie.
Avatar de l’utilisateur
Spykou
Messages : 192
Enregistré le : ven. 14 août 2015 09:26
Piano : Yamaha P115 / CLP130
Pratique depuis : Juillet 2015
Professeur : De temps en temps
Contact :

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar Spykou » mar. 22 août 2017 09:21

Sacré boulot :o

J'ai lu que certaines oeuvres dites posthumes de Chopin étaient parfois contestées...

Je travaille notamment sur une valse, la B46 en mi bémol majeur : https://www.youtube.com/watch?v=xJUAypASKAA
parfois qualifiée de "spurious waltz", et j'avouerais être déçu si j'apprenais qu'elle ne venait pas réellement de Chopin même si ça n'enlève rien à sa beauté.
Sans être un fin connaisseur du franco-polonais au point de prétendre pouvoir reconnaître spontanément sa "plume", elle me paraît un peu "facile" musicalement pour du Chopin et parfois un peu décousue dans ses (absences de) transitions (ce qui justifierait qu'il ne l'ait pas publiée de son vivant), mais j'ai quand même l'impression d'entendre du Chopin dans certains passages.

Par ailleurs en consultant la page wikipédia de ses valses on peut constater que beaucoup (presque la moitié !) sont effectivements introuvables https://en.wikipedia.org/wiki/Waltzes_%28Chopin%29 :(
Avatar de l’utilisateur
NeeXxoR
Messages : 252
Enregistré le : sam. 21 mai 2016 20:50
Piano : Essenfelder
Pratique depuis : Décembre 2015
Professeur : Non
Localisation : Paris
Contact :

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar NeeXxoR » mar. 22 août 2017 12:13

Spykou a écrit :Sacré boulot :o

J'ai lu que certaines oeuvres dites posthumes de Chopin étaient parfois contestées...

Je travaille notamment sur une valse, la B46 en mi bémol majeur : https://www.youtube.com/watch?v=xJUAypASKAA
parfois qualifiée de "spurious waltz", et j'avouerais être déçu si j'apprenais qu'elle ne venait pas réellement de Chopin même si ça n'enlève rien à sa beauté.
Sans être un fin connaisseur du franco-polonais au point de prétendre pouvoir reconnaître spontanément sa "plume", elle me paraît un peu "facile" musicalement pour du Chopin et parfois un peu décousue dans ses (absences de) transitions (ce qui justifierait qu'il ne l'ait pas publiée de son vivant), mais j'ai quand même l'impression d'entendre du Chopin dans certains passages.

Par ailleurs en consultant la page wikipédia de ses valses on peut constater que beaucoup (presque la moitié !) sont effectivements introuvables https://en.wikipedia.org/wiki/Waltzes_%28Chopin%29 :(


Spykou, concernant la B46 en mi bémol majeur je pense qu'elle est de Chopin car dans mes partitions (Chopin Complète works - Waltzes) de Paderewski il y a cette valse et Paderewski est un grand éditeur et il a découvert des œuvres de Chopin qu'on ne connaissait pas !
Ensuite cette valise ressemble beaucoup au fragment de valse qui a été retrouvé [KK. VB/7]
Avatar de l’utilisateur
NeeXxoR
Messages : 252
Enregistré le : sam. 21 mai 2016 20:50
Piano : Essenfelder
Pratique depuis : Décembre 2015
Professeur : Non
Localisation : Paris
Contact :

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar NeeXxoR » mar. 22 août 2017 12:22

arabesque a écrit :Quelle ferveur Neexor!
Je rentre de Varsovie et Chopin est absolument partout! Des monuments, des bancs musicaux, sur les tablettes de chocolat, sur les tasses, les serviettes et j'en passe! ( pas vu de rouleaux de PQ tout de même!)
Il a aussi donné son nom à l'aéroport.C'est là que j'ai compris que tout se décline en polonais, même les noms propres!
J'ai assisté à de fabuleux concert, dont un dans le parc de Zelazova Wola, avec le jeune Shymon Nehring finaliste du derniers concours Chopin( maison natale de Chopin, pas pu visiter car TV polonaise en place)
Un peu déçue par le musée Chopin à Varsovie. Manque d'explications de base pour ceux qui découvrent, et inversement un peu "gadget" pour les experts. ( étant entre les deux, j'ai tout de même trouvé mon bonheur) Et peu de pièces originales, il y en a davantage à Paris et Nohant.
Animations interactives souvent en panne!
Et j'ai été étonnée du peu d'infos concernant le sejour à Majorque, un pes points essentiels de la vie de Chopin.

Quazart a écrit :Les variations op2 sur "La ci darem la mano" et l'Andante spianato et grande polonaise brillante op22 ne sont pas précisément des œuvres méconnues !

En effet...Il n'y avait que quelques disques de Chopin chez mes parents, et cette "Andante Spianato etc..." en faisais partie je l'ai beaucoup écouté ( c'était avec Geza Anda)

Quazart a écrit :Chopin n'a pas souhaité leur publication, sauf erreur de ma part

E n effet il était très pointilleux , corrigeait beaucoup et ne laissait pas publier n'importe quoi.
Mais on ne peut dire que les pièces de jeunesse ( sauf peut-être celles écrites à 12 ans) soient inférieures à celles de la maturité: cfl les études et les concertos! De celles-là, il était satisfait je pense.
Attention dans les recheches, la musique de Chopin est assez facile à plagier, et plusieurs petits malins ont essayé de faire passer des vessies pour des lanternes. Je ne parle pas de "Mariage d'Amour" alias "Spring Waltz" qui est un "fake " dans toutes sa splendeur
Beaucoup de mélomanes en revanche regrettent la disparition de pas mal d’œuvres de Schumann , piano et musique de chambre écrites du temps de sa folie...C'est Clara qui les a détruites après la mort de Robert, car elle craignait que la "folie" de son mari n'y soit trop apparente.
On peut imaginer que un siècle plus tard, avec l'évolution musicalel, on aurait crié au génie et pas à la folie.


:haha: arabesque c'est génial que tu ai pu découvrir Varsovie toi aussi, moi par contre je ne suis pas aller à Żelazowa Wola, je suis d'accord avec toi pour le musée sur les livres numériques il y en avait qui ne fonctionnait pas.
Je n'ai pas pu assister à des concerts, en été il y en a en pleine nature au parc Łazienki mais je suis partie en mars-avril.
Avatar de l’utilisateur
jazz
Messages : 1146
Enregistré le : dim. 23 août 2015 15:04
Piano : Silberman
Pratique depuis : Cours privés il y a longtemps:) reprise aout 2015
Professeur : Oui
Localisation : Belgique

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar jazz » mar. 22 août 2017 12:28

Wouaaah ça me fait plaisir de voir ce grand intérêt pour Chopin ! 8-)
(note que je savais déjà que tu l'aimais beaucoup, mais le fait de t'y intéresser d'aussi près est tout simplement génial et je t'en félicite)
-"Le bonheur n’est pas au bout du chemin, il est le chemin." Adage tibétain
-"Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait."Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
arabesque
Messages : 1879
Enregistré le : sam. 6 avr. 2013 20:36
Piano : Yam. P155, Bech.175
Pratique depuis : 5 années ....Il y a 35 ans! Reprise Avril 2013
Professeur : De temps en temps

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar arabesque » mar. 22 août 2017 14:57

je ne sais pas si c'est pareil pour vous mais ce fil me plante à tous les coups IE qui supporte peut-être mal les nombreuses vidéos? Avec Chrome c'est OK
Avatar de l’utilisateur
Quazart
Messages : 408
Enregistré le : ven. 20 janv. 2017 16:33
Piano : Kawaï CA67
Pratique depuis : 1958
Professeur : Plus maintenant
Localisation : Côtes d'Armor et région parisienne

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar Quazart » mar. 22 août 2017 15:04

NeeXxoR a écrit :Spykou, concernant la B46 en mi bémol majeur je pense qu'elle est de Chopin car dans mes partitions (Chopin Complète works - Waltzes) de Paderewski il y a cette valse et Paderewski est un grand éditeur et il a découvert des œuvres de Chopin qu'on ne connaissait pas !
Ensuite cette valise ressemble beaucoup au fragment de valse qui a été retrouvé [KK. VB/7]

C'est qu'il avait un sacré bagage, Paderewski !
Suffisant pour, qui sait, fabriquer des faux... Mais ce n'est que supposition gratuite et quelque peu malveillante de ma part...
Modifié en dernier par Quazart le mar. 22 août 2017 19:33, modifié 1 fois.
https://soundcloud.com/user-927034195

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. (Pierre Dac)
Avatar de l’utilisateur
Quazart
Messages : 408
Enregistré le : ven. 20 janv. 2017 16:33
Piano : Kawaï CA67
Pratique depuis : 1958
Professeur : Plus maintenant
Localisation : Côtes d'Armor et région parisienne

Re: Chopin - Oeuvres & Oeuvres perdues

Messagepar Quazart » mar. 22 août 2017 15:18

arabesque a écrit :En effet il était très pointilleux , corrigeait beaucoup et ne laissait pas publier n'importe quoi.
Mais on ne peut dire que les pièces de jeunesse ( sauf peut-être celles écrites à 12 ans) soient inférieures à celles de la maturité: cfl les études et les concertos! De celles-là, il était satisfait je pense.

C'est bien sûr une affaire de goût, mais sa première sonate, le boléro, les variations brillantes, les rondos ne sont pas joués souvent, de même que le rondo "Krakowiak" et la fantaisie sur des airs polonais. C'est déjà une musique élégante et raffinée, mais qui à mon humble avais souffre de la comparaison avec ce qu'il a écrit par la suite. Il manque juste "un petit quelque chose", difficile à définir.
https://soundcloud.com/user-927034195

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. (Pierre Dac)

Retourner vers « Discussion Générale »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités