Schumann opus 68 mélodie

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.
FauxDébutant
Messages : 4
Enregistré le : lun. 21 août 2017 18:36
Piano : Casio PX-120

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar FauxDébutant » mar. 22 août 2017 21:28

Effectivement, là ça sonne juste. Tu ne m'aurais pas pointé les accords de septième, je ne les aurais pas trouvé.
Je pense que je suis capable de reconnaitre une dissonance sur un accord de 2 notes mais pas plus.

Merci en tous cas, je vais pouvoir continuer l'étude de ce morceau sans trop me focaliser sur la dissonance.
Avatar de l’utilisateur
Spykou
Messages : 197
Enregistré le : ven. 14 août 2015 09:26
Piano : Yamaha P115 / CLP130
Pratique depuis : Juillet 2015
Professeur : De temps en temps
Contact :

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar Spykou » mar. 22 août 2017 21:45

Je n'ai pas été spécialement perturbé par cet intervalle en écoutant la pièce de Schumann, au moment où ça tombe on est déjà bien ancré dans un accord de do à la main gauche donc ça n'arrive pas non plus comme un cheveu sur la soupe. Après si on s'attarde dessus oui, ça peut faire bizarre et on aurait par exemple envie de jouer un fa ou un sol MG à la place mais je suppose qu'il ne faut pas visionner les notes de manière individuelle... Mais je ne veux pas trop m'hasarder sur cette question car il y a des gens bien plus compétents que moi en terme d'harmonie qui ont déjà posté ^^

J'ai un exemple qui m'a marqué dans l'un des premiers morceaux que j'ai appris, complètement en dehors du répertoire classique, c'est le thème du film Cloud Atlas :




très envoûtant au début, puis BIM, cet intervalle DO-SI qui sans prévenir tombe comme une masse à la main gauche (le mi MG qui introduit cet accord sonne déjà bizarre). Surtout que le reste du morceau c'est à peu près 0 prise de risque d'un point de vue harmonique, une mélodie basique et peu d'intervalles "osés" à part quelques septièmes (voire 9èmes) mais pas aussi abruptes que celle-ci. Sur le coup j'ai été un peu choqué par ce passage quand je l'ai entendu et déchiffré. Puis j'ai appris à vivre avec. Ça accentue le caractère flottant, un peu perché, du morceau.

Je ne sais pas si ça obéit à une logique harmonique mais je suppose que l'auteur a voulu donner de la personnalité à son thème, en l'écartant de ce qu'on aurait voulu entendre de prime abord. D'ailleurs dans la première vidéo, l'interprète atténue considérablement la main gauche à ce moment-là, même si juste après dans la reprise il lui donne davantage de relief.

Je ne sais pas si on peut comparer ça aux pièces que vous évoquez mais c'est comme ça que personnellement j'ai fait connaissance avec ce capricieux intervalle do-si en gamme de do.
jazzpeter
Messages : 609
Enregistré le : sam. 1 sept. 2012 18:27
Piano : Scholze + YamahaCP50
Pratique depuis : sérieusement depuis une dizaine d'années
Professeur : plus maintenant
Localisation : AIN

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar jazzpeter » mar. 22 août 2017 22:19

FauxDébutant a écrit :Mais j'avoue que j'ai du mal à voir où peut être la beauté de s'arrêter sur une dissonance. :suspect:
Tu as des exemples de morceaux?

Le jazz est une musique où il y a plein de dissonances. L'intérêt des dissonances est qu'en principe elle amène une tension chez l'auditeur et quand cette dissonance se résout elle amène la détente. Tension-détente est une maniére de concevoir un discours musical.
Et il existe de très belle dissonances, comme dans les accords de 13ièmes par ex. Dans le cas de Schumann, comme je l'ai dit, la dissonance est raide parce qu'il n'y a que 2 notes. Pour t'amuser, ajoute un mi et un sol entre ces 2 notes pour faire un accord de 7ième majorée et tu entendras que la dissonance est beaucoup + douce...
Mon dernier morceau sur youtube:
https://www.youtube.com/watch?v=GN9b1mBjlr4
kerry117
Messages : 2614
Enregistré le : ven. 25 juil. 2014 17:51
Piano : Kawai
Professeur : pas actuellement
Localisation : Ille-et-Vilaine

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar kerry117 » sam. 26 août 2017 21:06

FauxDébutant a écrit :Bonjour,

A la fin de la première mesure on a un accord Do3 (main gauche) Si3 (main droite).
A mes oreilles cela me semble terriblement dissonant.
D'où ma question :
- est-ce dû à mon piano ? J'ai un Casio Privia PX-120
- est-ce c"est ma perception?
- est-ce que ça vous fais pareil?

A votre avis?

Je n'ai pas ressenti cela.
Spykou a écrit :Je n'ai pas été spécialement perturbé par cet intervalle en écoutant la pièce de Schumann, au moment où ça tombe on est déjà bien ancré dans un accord de do à la main gauche donc ça n'arrive pas non plus comme un cheveu sur la soupe.

+1
Je ne pense pas que Schumann ait voulu exprès plaquer une 7ème pour ce temps. Le "Si" me semble être une note de passage. Enfin c'est ainsi que je le perçois si je chante la main droite seule. Il se trouve que le "Si" est aussi la 7ème majeure de l'accord déjà en place. L'effet de dissonance qui gêneront certains, se trouve tout de même très atténué. Ce n'est pas la même chose que de plaquer un accord dont les notes n'ont pas été entendues auparavant.
Fouyaut a écrit :je crois que tu ne dois pas blâmer ton piano, mais plutôt Schumann.
Do - si est en effet un intervalle très dissonant, c'est une septième majeure, renversement de la seconde mineure (essaie par exemple de jouer simultanément mi fa sur ton clavier tu me diras si tu trouves ça beau !)

Fouyaut, Schumann mérite mieux que cela ;)
A l'époque romantique la 7ème n'est pas un intervalle très dissonant. Au moyen-âge peut-être, car les consonances parfaites sont l'octave, la quinte et la quarte. La 7ème de dominante n'est plus une dissonance à l'époque classique. Nos oreilles du 21ème siècles sont habituées à entendre des 7ème des 9èmes etc...
Il y a moyen de jouer une seconde ou une 7ème sans que cela provoque une dissonance gênante. Il suffit de ne pas taper brutalement sur le piano, de timbrer plus une des notes et de les jouer pour les intégrer au discours musical.
La dissonance est un vaste sujet. Elle peut être le résultat du jeu instrumental.
Cortot disait qu'on pouvait faire des fausses notes en respectant le texte, si on ne respecte pas le style, le phrasé.
FauxDébutant a écrit :Je pense que les clés pour que ça ne heurte pas l'oreille sont :
- d'arriver à jouer suffisamment rapidement le morceau pour ne pas s'arrêter sur la dissonance et jouer la note d'après. Est-ce bien cela qu'on appelle une résolution ?
- de ne pas trop accentuer le si

Chanter la mélodie est une bonne méthode pour sentir la phrase. Si tu la chantes, il y a des chances que tu la joues correctement sans penser à la "dissonance " théorique.
Il faut jouer en écoutant le discours de chaque main.
FauxDébutant a écrit :Merci en tous cas, je vais pouvoir continuer l'étude de ce morceau sans trop me focaliser sur la dissonance.

Sage décision.
Fouyaut
Messages : 633
Enregistré le : lun. 10 août 2015 00:20

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar Fouyaut » dim. 27 août 2017 01:15

Faux Débutant, j'ai repensé à toi ce matin au piano.
En jouant un accord de mi majeur, mi sol# si, j'ai entendu ré# sonner, c'est l'harmonique 3 du sol#. Pas moche du tout ! Comme l'a dit jazzpeter, quand cet intervalle est plongé parmi d'autres, dans un accord à 3 notes ou plus, sa dissonance est masquée par la présence des autres intervalles générés par les notes supplémentaires (sol# - ré# : quinte juste ; si - ré# : tierce majeure).
Franck210
Messages : 407
Enregistré le : ven. 4 mars 2016 21:26
Pratique depuis : longtemps
Professeur : oui

Re: Schumann opus 68 mélodie

Messagepar Franck210 » dim. 27 août 2017 11:46

un accord de 7° maj, c'est très joli, tout seul, ou bien placé,
là, ce n'est pas le cas, du coup, c'est moche, comme on à pu l'entendre avec les exemples cités

Retourner vers « Discussion Générale »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités